History

L'histoire ... le passé ...
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Canada: Et sa contribution industrielle.

Aller en bas 
AuteurMessage
Rumulus
Paysan de l'ombre
Paysan de l'ombre


Nombre de messages : 13
Age : 27
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Le Canada: Et sa contribution industrielle.   Lun 31 Juil - 12:00

La contribution industrielle du Canada à la victoire est considérable, malgré un lent début. Après les défaites européennes des Alliés en 1940, les commandes d'équipement de la Grande-Bretagne, qui étaient minimes, deviennent énormes. La création du MINISTÈRE DES MUNITIONS ET DES APPROVISIONNEMENTS, prévue en 1939, devient effective en avril 1940, et C.D. HOWE en est le ministre. En août 1940, la loi modifiée confère au ministre des pouvoirs presque dictatoriaux, et l'effort industriel augmente énormément sous son régime. Diverses SOCIÉTÉS DE LA COURONNE sont constituées en vue de fonctions spéciales, de nouvelles usines sont construites, et d'anciennes sont adaptées à la production de guerre.

Alors que le Canada n'a guère produit autre chose que des obus pendant la Première Guerre mondiale (il n'a fabriqué aucune arme, sauf le FUSIL ROSS), il produit cette fois une grande variété de fusils et d'armes légères. Il construit un grand nombre de navires, particulièrement des navires d'escorte et des cargos, et produit des aéronefs en quantité, notamment des bombardiers Lancaster, mais la plus remarquable réussite du programme est la production de 815 729 véhicules militaires. Des chars d'assaut sont fabriqués, surtout avec des éléments importés des États-Unis, et plus de la moitié du matériel produit est envoyé en Grande-Bretagne. Il est impossible pour la Grande-Bretagne de tout payer. Le Canada, pour contribuer à la victoire et pour que ses usines continuent de fonctionner, en finance une grande partie. Au début de 1942, un DON D'UN MILLIARD DE DOLLARS est destiné à cette fin. L'année suivante, un programme d'AIDE MUTUELLE est lancé afin d'aider les Alliés en général, mais, en pratique, c'est surtout la Grande-Bretagne qui en bénéficie encore. Pendant la guerre, l'aide du Canada à la Grande-Bretagne se chiffre à quelque trois milliards de dollars.

Le Canada participe peu au développement de l'énergie atomique, entreprise destructrice dont on est informé lorsque des bombes atomiques sont lancées contre le Japon en août 1945. Le Canada possède une source d'uranium près du Grand lac de l'Ours. C'est pourquoi les Alliés mettent Mackenzie King dans le secret en 1942, et le gouvernement du Canada fait l'acquisition de la mine pendant l'été. Une équipe scientifique qui travaillait au projet en Angleterre est transférée au Canada.

La tension monte entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, mais les deux pays concluent, à la conférence de Québec en septembre 1943, une entente qui accorde notamment au Canada de légers pouvoirs de décision. Un comité d'orientation canadien décide en 1944 de construire un réacteur atomique à Chalk River, en Ontario. Le premier réacteur de l'endroit n'est opérationnel qu'après la capitulation du Japon. Le Canada ne participe pas à la production des bombes lancées contre le Japon, à moins qu'elles ne contiennent un peu d'uranium canadien, ce qui semble impossible à déterminer.

Le Canada ne joue aucun rôle réel dans la haute direction de la guerre. Un tel rôle serait extrêmement difficile à obtenir, et King ne fait jamais d'efforts sérieux pour le revendiquer. Il calcule peut-être que, s'il le faisait, cela nuirait à ses relations personnelles avec le premier ministre britannique Winston Churchill et avec le président américain Franklin D. Roosevelt, qu'il juge politiquement très importantes pour lui.

La stratégie des Alliés occidentaux est élaborée par le comité conjoint des chefs d'état-major, formé uniquement d'Anglais et d'Américains. Le comité prend ses décisions les plus importantes au cours de conférences périodiques qu'il tient avec les chefs d'État, et deux d'entre elles ont lieu à Québec, mais, même à ces conférences, la participation de King se limite à l'accueil. Curieusement, bien que l'utilisation des forces canadiennes soit décidée par le comité conjoint des chefs, le Canada n'est officiellement informé de l'existence du comité qu'à la fin de 1941. Même la souveraineté du Canada est à peine reconnue officiellement. Alors que les directives des commandants alliés pour la guerre contre le Japon sont émises au nom des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, la directive adressée au général Dwight D. Eisenhower, commandant suprême dans le Nord-Ouest de l'Europe à qui sont subordonnées des forces canadiennes considérables, ne fait aucune mention du Canada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argon
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 270
Localisation : Partout où mon âme circulera ...
Date d'inscription : 19/07/2006

Feuille de personnage
HP:
35/50  (35/50)
Expérience:
200/200  (200/200)
MP:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: Le Canada: Et sa contribution industrielle.   Jeu 17 Aoû - 6:16

Bravo et merci. toutes ces information sont interréssantes.
Sherman007

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://2guerremondiale.forumzen.com
 
Le Canada: Et sa contribution industrielle.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elodée du Canada
» En ce lundi, au Canada, nous célébrons le jour de l'Action de grâce.
» Le projet Magnet au Canada(1950-1954)
» (1956) Des militaires canadiens voient et photographient un ovni Alberta, Canada
» L'avortement au Canada : Une boucherie écoeurante !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
History :: Histoire :: Seconde Guerre Mondiale :: Autre-
Sauter vers: